TSO | Un sit-in à l’Hôtel-Dieu de Lévis qui pourrait en inspirer d’autres

Le temps supplémentaire obligatoire (TSO) est décrié depuis longtemps par les professionnelles en soins de partout au Québec, mais la situation est particulièrement critique à l’Hôtel-Dieu de Lévis : des employés ont tenu un sit-in aux urgences dimanche matin.

Les employées voulaient dénoncer qu’on leur demandait de faire du TSO, elles qui en avaient déjà fait deux jours plus tôt.

La problématique ne se limite pas qu’à l’Hôtel-Dieu de Lévis, selon la co-présidente par intérim du Syndicat des professionnelles en soins de Chaudière-Appalaches, Carole Mercier. Le personnel d’autres hôpitaux de la région pourraient même les imiter.

Le sit-in a pris fin vers 10h30.