Québec songe à la possibilité d’immuniser plus de gens avec la première dose du vaccin Pfizer

La Santé publique du Québec réfléchit à la possibilité d’immuniser le plus de gens possible avec la première dose du vaccin de Pfizer, plutôt que de conserver la deuxième dose du vaccin qui doit être administrée trois semaines plus tard.

Actuellement, Pfizer demande aux provinces de mettre de côté la moitié des doses, soit 27 000 des 55 000 doses reçues au Québec, en cas de problème d’approvisionnement.

De plus, le vaccin Pfizer/BioNTech nécessite une deuxième injection 21 jours après la première afin d’obtenir une immunité optimale.

La santé publique et le gouvernement sont en négociations auprès de la pharmaceutique afin qu’elle modifie cette obligation.

Selon les experts de l’Agence américaine des médicaments (FDA), le vaccin Pfizer/BioNTech est très efficace pour prévenir la maladie après la première dose.

(Avec la collaboration de Caroline Dionne)