Prime salariale: une enquête déclenchée à Beauceville qui se défend de nouveau

Le maire de Beauceville, François Veilleux (centre).

Une enquête a été déclenchée, jeudi, concernant la prime salariale octroyée au maire de Beauceville, François Veilleux. L’annonce a été faite par la ministre des Affaires municipales (MAMH), Andrée Laforest.

Selon des informations qui avaient été obtenues par Radio-Canada, il était avancé que Beauceville était aux faits que le maire ne pouvait pas occuper les fonctions de directeur général et obtenir une prime de 25 000$.

Des discussions à l’interne avec la greffière de l’époque, Madeleine Poulin, la directrice générale adjointe/directrice des finances, Mélanie Quirion laissait croire que la pratique n’était pas conforme. Le conseil municipal avait choisi de ne pas aller de l’avant. La prime avait tout de même été acceptée à l’interne.

Plus tard, le conseil municipal vota finalement en faveur de la prime.

À la lumière de ces faits obtenus, le MAMH a soutenu que la situation était inquiétante et qu’elle méritait une enquête du Commissaire à l’intégrité municipale.

La municipalité de Beauceville se défend

Par l’entremise d’une publication sur les réseaux sociaux, la Ville de Beauceville a tenu une nouvelle fois à rectifier le tir quant à la prime salariale octroyée au maire de Beauceville, François Veilleux.

La Ville soutient que contrairement à ce qui a été avancé, «la directrice des finances et trésorière Mélanie Quirion n’a fait qu’obtempérer à la demande du conseil municipal pour le versement des sommes dont il est question.»

Il faut rappeler que la prime salariale servait à compenser le maire Veilleux pour la surcharge de travail en 2020, en raison du départ du directeur général Felix Nunez.

Rajoutons que le maire a renoncé à la prime salariale le 22 janvier dernier et qu’il remboursera l’argent reçu.