Présence d’infirmières en CHSLD: la protectrice du citoyen émet ses recommandations en faveur de la FIQ-SPSCA

La protectrice du citoyen, Marie Rinfret, a émis des recommandations en faveur de la FIQ-Syndicat des professionnelles en soins de Chaudière-Appalaches (SPSCA) dans le dossier de la présence constante d’infirmières dans les CHSLD de la région.

La FIQ-SPSCA a ainsi obtenu gain de cause contre le CISSS de Chaudière-Appalaches qui, sous prétexte de la pénurie de main-d’œuvre, avait recours à une garde d’infirmières mobile (GIM) dans ces milieux de vie. Le CISSS indiquait que la mesure était exceptionnelle, notamment, en raison de la COVID-19. Cette pratique était dénoncée par le syndicat et toujours active au moment de faire appel à la protectrice du citoyen.

Selon la FIQ-SPSCA, certains quarts de travail de soir et de nuit étaient dépourvus d’infirmière dans certains établissements, ce qui mettait en péril la qualité des soins et la sécurité des usagers.

À la suite de l’enquête de Mme Rinfret, six recommandations ont été effectuées dont plusieurs au ministère de la Santé et des Services sociaux dont réaliser un état de la situation dans chaque établissement pour assurer une présence constante sur place.

Recommandations de la protectrice du citoyen :

  1. Respecter la directive ministérielle pour assurer une présence infirmière à chaque quart de travail en CHSLD;
  2. Bonifier les critères d’exclusion du modèle de garde infirmière mobile afin d’assurer la santé et la sécurité des personnes hébergées dans toutes les circonstances;
  3. Évaluer les effets de la mise en place des gardes infirmières mobiles sur la qualité ainsi que sur la sécurité des soins et des services fournis aux personnes hébergées en CHSLD;
  4. Favoriser la rétention et l’attraction des ressources infirmières dans les CHSLD;
  5. Réaliser un état de situation pour connaître les établissements qui ne respectent pas la directive ministérielle d’assurer une présence infirmière à chaque quart de travail en CHSLD;
  6. Émettre des balises afin d’assurer la sécurité des personnes hébergées en CHSLD en contexte de pénurie importante de personnel infirmier.