Les suicides en « diminution stabilisée » au Québec et les gens demandent davantage de soutien

Bien qu’il y ait une augmentation des facteurs de risques liés aux suicides comme l’anxiété et la dépression, depuis le début de la pandémie, le nombre de suicides commis au Québec ne tend pas à augmenter.

Il y aurait même une « diminution stabilisée » depuis le début des années 2000.

C’est du moins ce qu’a confirmé le directeur général de l’Association québécoise de la prévention du suicide (AQPS), Jérôme Gaudreault, à l’équipe d’Arsenal Media.

Plusieurs hypothèses sont mises de l’avant par l’AQPS, en collaboration avec la Santé publique, pour comprendre ce que ressentent les gens en temps de crise, comme c’est le cas actuellement.

Une avenue possible est le facteur de protection, comme par exemple, la mise en place d’incitatifs pour aider les personnes plus vulnérables à passer au-travers de la journée.

Jérôme Gaudreault, directeur général – AQPS

Jérôme Gaudreault a également réitéré que des ressources étaient disponibles partout en province, afin d’appuyer les personnes qui auraient des idées suicidaires.

Il a aussi tenu à rappeler l’importance de garder le contact avec les proches qui pourraient nous inquiéter, surtout en ces temps plus difficiles.

Jérôme Gaudreault, directeur général – AQPS

Vous avez besoin d’aide ou vous souhaitez parler à quelqu’un ?

1 866 APPELLE (277-3553)