Le tueur de l’Halloween, Carl Girouard, coupable de meurtres prémédités

Carl Girouard a tué deux personnes et en a blessées cinq autres dans une cavale meurtrière à Québec le 31 octobre 2020 (photo : gracieuseté - SPVQ).

Après cinq jours de délibérations, les 11 membres du jury ont tranché : la cavale meurtrière de Carl Girouard le 31 octobre 2020, qui a coûté la vie à deux personnes en plus de faire cinq blessés, était préméditée. La défense a annoncé qu’elle portera la cause en appel.

Les 11 jurés s’étaient isolés lundi pour analyser la preuve déposée par les deux parties. Il leur aura finalement fallu cinq journées de délibérations pour en venir à un verdict, qu’a lu le juré numéro 11 peu avant 15h vendredi au palais de justice de Québec.

Ils ont reconnu Carl Girouard coupable des meurtres au premier degré de François Duchesne, 56 ans, et Suzanne Clermont, 61 ans. Même son de cloche pour ce qui est des cinq autres chefs d’accusation de tentatives de meurtre qui pesaient contre lui.

La thèse de la défense voulant que Carl Girouard n’était pas criminellement responsable des ses actions en raison de troubles de santé mentale a donc été complètement écartée par le jury. L’avocat de Carl Girouard a indiqué à sa sortie de la salle d’audience qu’il porterait la cause en appel.

Armé d’un sabre et déguisé en samurai, l’homme de 26 ans de Sainte-Thérèse sillonnait les rues du Vieux-Québec le soir de l’Halloween 2020, s’en prenant à plusieurs passants au hasard. Deux de ses victimes ont succombé à leurs blessures — François Duchesne, 56 ans, et Suzanne Clermont, 61 ans — tandis que cinq autres ont été grièvement blessées.

Une peine de plus de 25 ans?

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a demandé à ce que le juge attende la décision de la Cour Suprême concernant le tueur de la Mosquée de Québec, Alexandre Bissonnette, avant de prononcer une sentence.

Le plus haut tribunal doit dévoilé vendredi prochain s’il juge constitutionnelle la possibilité d’additionner plusieurs peines de prison à vie — 25 ans chacune — dans les cas de meurtres multiples, une pratique rendue légale par le gouvernement de Stephen Harper en 2011.

La Cour d’appel du Québec avait déclaré inconstitutionnelle la peine minimale de 40 ans imposée à Bissonnette, qui a tué six fidèles de la Mosquée de Québec à l’heure de la prière le 29 janvier 2017.