Crue et qualité de l’eau de la rivière des Fermes : le COBARIC a des solutions

Vue aérienne du moulin seigneurial de 1738 près de la rivière des Fermes (Crédit photo: Courtoisie du COBARIC).

Après avoir caractérisé et analysé de fond en comble le bassin de la rivière des Fermes en 2021 et 2022, le Comité du bassin de la rivière Chaudière (COBARIC) propose des pistes de solutions aux décideurs locaux pour éviter qu’elle ne sorte de son lit et améliorer la qualité de son eau.

Sur demande des municipalités riveraines de la rivière des Fermes, qui dès 2019 étaient préoccupées par la qualité de l’eau, le COBARIC a entamé une vaste étude des 64 km2 du secteur.

Forme, taille, débit, espèces animales et végétales présentes, activités humaines à proximité : toutes les informations pertinentes ont été recueillies. Pour mieux connaître l’utilisation du territoire, on a aussi rencontré des producteurs agricoles et forestiers, des municipalités ainsi que des résidents riverains.

Tout ce travail a permis de dresser un portrait du secteur, d’identifier les problématiques et les types d’aménagements à privilégier pour les résoudre. « Une gestion durable des eaux de pluie dans les fossés de route et la restauration du tracé de certains cours d’eau sont envisagées » parmi les solutions à retenir, évoque le COBARIC.

La balle est maintenant dans le camp des décideurs, qui ont maintenant entre leurs mains des « plans d’aménagement [qui] serviront de levier pour entreprendre de futures actions permettant de diminuer le transport sédimentaire et les débits de pointe dans le bassin versant de la rivière des Fermes ».